Les maisons de la sagesse, emblématiques de l’âge d’or du monde arabe

Les maisons de la sagesse traduits en arabe par Bayt al-hikma sont des hauts lieux de transmissions de connaissances apparues au début du IXe siècle à l’ère de la dynastie abbasside (750-1258). Reconnues notamment pour leur rôle dans la traduction de manuscrits grecs, perses ou encore indiens, ces espaces d’érudition ouverts ont favorisé la transmission du savoir antique dans toutes les terres de civilisation arabo-musulmanes.

La plus ancienne et emblématique de ces maisons est celle de Bagdad instituée par le calife abasside Hārūn al-Rashīd (786-809). Dès son investiture, le calife rassemble les meilleurs scientifiques et intellectuels pour constituer cette bibliothèque unique. Très rapidement, la maison de sagesse de Bagdad devient une véritable institution ouverte à tous notamment grâce à l’impulsion de son successeur le calife Al-Ma’mūn (813-833). A l’instar de l’illustre bibliothèque d’Alexandrie, des savants s’y installent, collectent, traduisent et surtout échangent autour de sujets éminemment variés tels que l’astronomie, les mathématiques, la philosophie, la poésie ou encore l’histoire. De nombreux scientifiques s’y retrouvent tels que le philosophe Al-Kindi, le mathématicien Al-Khuwārizmī ou encore le mystique Al-Hallāj.

Emblématiques de « l’âge d’or » du monde arabe, ces maisons de sagesse aujourd’hui n’existent plus mais des initiatives ont tenté de les faire revivre ailleurs notamment en France avec la création d’un réseau des Maisons de la sagesse centré sur la traduction et la transmission des cultures.


Pour aller plus loin :

https://lejournal.cnrs.fr/articles/les-maisons-de-la-sagesse-philosophie-traduction-et-microcredit

https://www.universalis.fr/encyclopedie/bayt-al-hikma/